Photographe et Gestalt thérapeute
De mon engagement de Photographe à celui de Gestalt-thérapeute : vivre à la frontière entre voyage extérieur et voyage intérieur…

Qu’y -a-t-il de commun entre être photographe, -« rapporteur » d’images- et être psychothérapeute ?
Avec le recul de 45 ans d’engagement dans deux métiers-passion successifs, je sais que le moteur de ma vie a été la Curiosité et la Grande Question qui n’en finit pas de se questionner - question dans une éthique de l’action – : au service de quoi et de qui, ai-je mis cette curiosité et comment ?

Etre reporter photographe m’a ouvert des portes, permis de connaître des univers que je n’aurais jamais pu approcher autrement, documenter des expériences de vies à un instant T, qui peut être un jour, par des photographies noyées dans un océan d’images, contribueront à donner une idée de ce qu’était la vie à notre époque. Comme le soulignent les héros de Spielberg, dans "Pentagon papers", « la presse est le premier brouillon de l'histoire »...et le photographe en est le support visuel en mettant au service de sa mission ses capacités à regarder et voir, cadrer, mettre en lumière, révéler, relater par le texte et/ou par l’image seule.

En étant psychothérapeute gestaltiste, j’ai ouvert ma porte à des personnes qui ont fait de moi le témoin privilégié d’une tranche de leur vie. Ecouter et entendre, analyser, comprendre, révéler des formes existantes, faire émerger des formes latentes, ont été des capacités que j’ai mises au service des personnes venues consulter. Ensemble nous avons cheminé, pour qu’elles puissent découvrir qui elles sont réellement et devenir l’architecte de leur Vie.
Fin 2015, j'ai arrêté en libéral à Paris l'activité, psychothérapeutique, individuelle et groupe, ainsi que celle de superviseur.
Le voyage continue...
2019, "show must go on"...avec une exposition photographique à Concarneau en Octobre et Novembre et peut être la reprise en 2020 d'une activité en tant que Photo thérapeute




Top